Ohé!

 

Avec les apprenants du groupe ASL soir, niveau A1.

Il arrive que ce qui semblait facile s’avère compliqué. C’est le cas avec cette interjection, OHE, trois lettres qui expriment un appel à l’aide, un cri quasiment universel choisi pour être le point de départ d’un échange, d’une comparaison entre le français et les langues de mes apprenants.

 

J’ai malheureusement mal évalué leurs possibilités et dans ce groupe hétérogène quelques-uns ne sont pas en mesure, ne serait-ce que de réciter l’alphabet de leur langue d’origine, même s’ils parlent presque tous deux langues. Scolarité trop courte, interrompue par l’exil, la nécessité de travailler, autant de raisons auxquelles s’ajoute peut-être un manque d’assurance et une certaine surprise, pris au dépourvu qu’ils sont d’être questionnés sur ce sujet. Je choisis alors de poursuivre cette séance en abordant nos différences culturelles : les cadeaux à ne pas faire, comment se comporter face à un présent… Qu’ils soient Kazakhs, Bangladais, Pakistanais, Tibétains, Chinois, Thaïlandais ou Cambodgiens leurs pratiques sont similaires et radicalement différentes de celles des Français. C’est une double surprise pour eux et ce cours n’aura finalement pas été improductif, même si nous nous sommes éloignés du sujet.

C’est Jean-Roger, mon binôme, qui débloque la situation durant son cours en évoquant Titanic, un film qu’ils ont tous vu. À partir de là, ils construisent une histoire de naufragé qu’ils vont étoffer au fur et à mesure, avec son lot de surprises. Ainsi, alors qu’ils s’entraînent à la raconter en enchaînant les étapes, surgit une grenouille qui aurait causé la catastrophe du Titanic. S’ensuit une longue discussion, entre ceux qui affirment qu’il n’y a pas de grenouilles dans l’océan et une coalition bengali-tibétaine qui n’en démord pas, c’est la faute à la grenouille. Il me faudra un certain temps pour comprendre la confusion, qui vient de la langue passerelle de certains apprenants, l’anglais : Fog, le brouillard, est devenu Frog, la grenouille.

Qu’importe, l’interaction entre les apprenants n’a jamais été aussi intense et après une heure d’entraînement, ils sont suffisamment en confiance pour aborder la production écrite. Quant à la dernière séance, elle sera consacrée à la répétition orale pour être fin prêts le 22 mars.

 

Projet ASL conduit par Joëlle Aluce.

Si vous voulez mettre en place ce projet, utilisez la fiche pédagogique proposée par Joëlle!